Conférence : Histoire de la vigne dans le Bordelais

Philippe Roudié est considéré comme l'un des plus grands connaisseurs du vignoble bordelais. Professeur de Géographie à l'université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, il a soutenu sa thèse sur les «Vignobles et vignerons du Bordelais».  Depuis, il ne cesse d'étudier et de publier sur les évolutions du vignoble tout au long de son histoire.

Il donnait une conférence passionnante sur l'Histoire de la Vigne dans le Bordelais vendredi 11 mars 2011 à la salle des Dominicains à Saint Emilion organisée par la Société d'histoire et d'archéologie de Saint-Emilion. Quelle joie de rentrer enfin dans cette magnifique salle des Dominicains dont les portes ne sont ouvertes par le Conseil des Vins qu'en de rares occasions ! 

 Cette salle est un vestige de l'ancien couvent des Jacobins, aujourd'hui appelée salle des Dominicains; Datant de la fin du XIVe siècle, il était le plus grand couvent de Saint-Emilion et pour l'anecdote : il devint plus tard une fabrique bien connue de...... cloches!

Mais revenons à notre sujet. Monsieur Roudié est un merveilleux orateur dont certaines réflexions resteront dans ma mémoire après cette conférence.

J'ai notamment beaucoup apprécié sa remise en doute de l'origine de notre vignoble à la période antique si souvent évoquée... "Bien qu'il soit de bon ton de faire remonter notre vignoble aux Romains", peut-on seulement déduire l'existence d'un vignoble romain bordelais conséquent de quelques outils retrouvés ou même de tessons d'amphores qui ont contenu du vin mais des tessons d'amphores directement liés à la terre des contreforts du massif central et donc aux vins..... du Languedoc ! Quant aux mosaïques avec des motifs viticoles, sont-elles l'oeuvre d'artistes naturalistes ou seulement un motif récurrent de l'Antiquité sans réel rapport avec l'environnement contemporain de l'artiste et du lieu dans lequel on les a retrouvées?

1h30 pour résumer l'histoire de la vigne dans le Bordelais, c'est malheureusement bien trop court  mais ce fut un moment riche d'anecdotes et de pistes de réflexions pour apréhender les évolutions du vignoble bordelais selon des axes différents de ceux qui sont classiquement développés dans les ouvrages courants.

Un grand merci à la Société d'histoire et d'archéologie et à Monsieur Roudié pour la dispense de ses connaissances.